Le Prophète berger

Le Prophète berger
705 81

 

Le Prophète () le berger

Allah a prédisposé son Prophète () à recevoir le message divin à travers les rêves pieux qu’il pouvait voir avant d’être suscité en tant que prophète. Il l’a aussi prédisposé à sa mission en faisant de lui un berger. C’est la première activité qu’il a exercée avec ses frères de lait de la tribu des Bani Sa’d. Il sera aussi berger à la Mecque. Notre Prophète () n’est pas le seul à avoir été berger parmi tous les autres prophètes. Mais tous l’ont été.

D’après Abou Horayra, qu’Allah soit satisfait de lui, le Prophète () a dit : « Tous les prophètes envoyés par Allah ont gardé les moutons. » Ses compagnons lui dirent : « Et toi ? » Il répondit : « Moi aussi, j’ai gardé les moutons des Mecquois pour quelques sous. » Rapporté par Boukhari.

Selon Jâbir ibn Abdillah, qu’Allah soit satisfait de lui, le Prophète () fut interrogé en ces termes : « Est-ce que tu gardais les moutons ? » Ce à quoi il répondit : « Y a-t-il un prophète qui ne les a pas gardés ? » Rapporté par Boukhari.

Ibn Abd Al-Barr a dit : « Ce hadith nous apprend plusieurs choses dont les suivantes : il est permis de parler de la vie des nations précédentes et de leurs prophètes. Aucune activité pour gagner sa vie n’est indigne tant que la religion ne l’interdit pas. Les prophètes et les messagers, tous comme les vertueux, faisaient preuve d’une humilité bien différente des comportements des rois et des tyrans. »

L’activité de berger était donc une des traditions des prophètes à laquelle ils s’adonnaient au début de leur vie. Et il en ressort de nombreux avantages, parmi lesquels :

L’isolement et la patience :

Être berger a permis au Prophète () de bénéficier du calme requis par sa noble âme. Il a ainsi pu s’isoler des gens et méditer sur les différents aspects de la magnifique création d’Allah. Cela a également contribué à l’éducation de son âme et acquérir les qualités de patience et d’indulgence vu que les moutons prennent leur temps pour manger et ont besoin d’espaces fertiles et irrigués. Ils ont besoin d’évoluer loin des zones à risque et effrayantes. Avec ceci, le berger vit dans un environnement caniculaire. Il ne trouve que de la nourriture austère et une vie rustique. C’est pour cela qu’il a besoin de patience, de capacité à supporter ces conditions et aussi de compassion.

Ibn ‘Aqîl a dit : « Puisque le berger doit avoir un grand cœur pour être conciliant et que les prophètes devaient être prédisposés à réformer les peuples auxquels ils étaient suscités, il était bienvenu qu’ils exercent cette activité. »

Travailler et gagner sa vie :

Dans son enfance, le prophète () gardait les moutons dans les terres de la tribu des Bani Sa’d. Et dans sa jeunesse, pour quelques sous, il était aussi berger dans les environs de la Mecque. Il subvenait ainsi à ses besoins. Plus tard, il fera du commerce. Certes, Allah était bien capable de le dispenser d’avoir à exercer cette activité de berger. Il aurait très bien pu mettre à sa disposition des conditions de vie tout à fait confortables qui l’aurait dispensé d’avoir à gagner sa vie par une activité difficile. Mais Allah voulait nous apprendre que le meilleur moyen de gagner sa vie est celui qui est le fruit de son travail. Le Prophète () à travers ses activités de berger puis de commerçant, nous adresse la même recommandation.

 Selon Al-Miqdâm ibn Ma’diyakarib, qu’Allah soit satisfait de lui, le Prophète, ,a dit : « Nul n’a mangé de nourriture meilleure que celle obtenue par le travail de ses mains. D’ailleurs, le prophète d’Allah David vivait du travail de ses mains. » Rapporté par Boukhari.

L’humilité et la compassion :

L’activité de berger consiste, par définition, à s’occuper des moutons, les garder, les surveiller, dormir à proximité d’eux. Exercer continuellement cette activité nous permet de se tenir à l’écart des défauts de l’âme que sont l’orgueil et l’arrogance. Et, en parallèle, d’acquérir une certaine humilité. Être berger implique d’être bienveillant envers les moutons, les soigner, prendre en charge leurs douleurs quand ils sont malades, se blessent ou subissent un méfait quelconque. Aussi, toute personne qui sait faire preuve de miséricorde avec des animaux le fera d’autant plus avec les hommes. Et ce, surtout si c’est un prophète qu’Allah a envoyé par miséricorde envers les mondes.

Al-Nawawi a dit : « La sagesse pour laquelle les prophètes ont été bergers est que cela leur permet de faire preuve d’humilité et de purifier leurs cœurs en s’isolant des gens et s’élever en adressant un conseil sincère à leurs peuples en les dirigeant, en les conduisant vers le droit chemin et en étant compatissant. »

Ibn Hajar a dit : « La sagesse pour laquelle les prophètes ont été bergers avant que leur soit confiée leur mission est que cette activité les exerce à assumer la responsabilité de gérer leurs communautés. Le contact avec les moutons leur permet d’acquérir les qualités d’indulgence et de compassion. Ils font preuve de patience envers ces bêtes en les regroupant après qu’elles se soient dispersées. Il doit les conduire d’un endroit à un autre, repousser leurs ennemis qui leur veulent du mal, qu’il s’agisse d’animaux féroces ou d’un voleur. Le berger apprend aussi à quel point toutes ces bêtes sont de nature différente, faibles et ont besoin d’être rappelées à l’ordre. C’est ainsi que les prophètes prennent l’habitude de se montrer patient envers les membres de leurs communautés. Ils sont conscients que les hommes sont de nature différente et ne disposent pas tous de la même raison. Ainsi, ils peuvent remonter le moral de certains, être doux et bon avec les plus faibles. Supporter les difficultés de la prophétie est donc plus facile pour eux que s’ils avaient dû assumer cette fonction d’emblée. En effet, ils y ont été amenés progressivement après avoir été habitués à être berger.

La raison pour laquelle les moutons ont spécifiquement été désignés est qu’ils sont bien plus faibles que d’autres animaux. Ils se dispersent beaucoup plus que les chameaux ou les vaches puisque ces derniers peuvent être attachés comme c’est l’usage. Les moutons, bien qu’ils se dispersent plus que les autres animaux sont aussi beaucoup plus dociles.

Par ailleurs, le fait que le Prophète () rappelle à ses compagnons qu’il a été berger alors qu’il sait qu’il est la meilleure créature d’Allah montre qu’il était au comble de l’humilité envers son Seigneur. Il énonce avec la plus grande clarté les faveurs de son Seigneur à son encontre et celles de ses frères les prophètes, qu’Allah les salue tous. »

Il fait partie de la sagesse divine qu’Allah choisisse des hommes en particulier pour transmettre Son message et les élisent pour le faire parvenir aux peuples. Allah dit :

« Allah choisit des messagers parmi les anges et les hommes. Allah entend tout et voit tout. » (Coran 22 /75).

Al-Sa’dî explique : « Allah choisit parmi les anges et les hommes des messagers qui sont les plus purs de leur espèce, ceux qui réunissent les meilleures qualités et qui méritent le plus d’être choisis pour cette fonction. Les messagers ne peuvent être que les meilleurs des créatures. Celui qui les choisit et les désigne pour ce faire n’ignore pas les réalités des faits ni même une partie d’entre eux. Celui qui les choisit est Allah qui entent et voit parfaitement toute chose, celui qui englobe toute chose de son savoir. Il les choisit donc en toute connaissance de cause. Il sait parfaitement qu’ils en sont dignes et aptes à recevoir la révélation, comme il le dit dans ce verset : « Allah sait parfaitement à qui confier Son message. » (Coran 6 /124). »

Ainsi, pour les préparer à cette fonction à l’importance capitale, Allah leur donne une éducation pratique. Un hadith vient illustrer le fait que l’activité de berger était celle de tous les prophètes durant leur enfance : « Tous les prophètes envoyés par Allah ont gardé les moutons. » Ses compagnons lui dirent : « Et toi ? » Il répondit : « Moi aussi, j’ai gardé les moutons des Mecquois pour quelques sous. » Rapporté par Boukhari.

Une autre sagesse qui explique pourquoi les prophètes ont été bergers avant d’être chargé de leur mission est qu’en s’exerçant et en s’habituant à garder les moutons, cela contribue à accroitre leurs capacités à gérer leurs peuples et prendre en charge leur direction. En effet, garder les moutons leur permet d’acquérir indulgence, compassion et miséricorde. Cela les habitue dès leur plus jeune âge à faire preuve de courage, de patience et de mansuétude. Cela développe leur aptitude à acquérir tout avantage et repousser tout méfait avec vigilance, à faire preuve de douceur envers ceux qui sont sous leur tutelle, à veiller tard le soir dans leur intérêt … Ajoutons à cela qu’un berger doit passer ces journées et une partie de ces nuits à la campagne, ce qui lui permet de méditer et réfléchir longuement sur la création des cieux et de la terre, des montagnes et autres manifestations de la puissance divine …

Articles en relation