Ai-je tort de l'attendre jusqu'à ce qu'il puisse assumer
Fatwa No: 104466

Question

Mon mariage était prévu pour le mois de décembre ; mais mon prétendant ne pouvait pas assumer les charges d'une vie conjugale parce qu'il subvenait aux besoins de sa famille. Ai-je tort de l'attendre jusqu'à ce qu'il puisse assumer les frais d'une vie conjugale ? Ai-je tort de refuser d'épouser des prétendants convenables parce que je désire épouser cet homme ?

Réponse

Louange à Allah.  Paix et salut sur Son Prophète.

Chère sœur,

 

Il n'y a pas d'inconvénient, In Chaa Allah, à ce que vous attendiez que la situation de ce prétendant s'améliore grâce à Allah et qu'il puisse vous épouser, surtout s'il est pratiquant et a une bonne conduite. Il n'y a pas d'inconvénient non plus à refuser d'épouser les autres prétendants en vue de l'attendre.

 

Mais si vous craignez qu'une longue attente vous porte préjudice, mieux vaut rompre ces fiançailles et épouser un autre qui soit pratiquant et qui ait une bonne conduite.

 

En effet, les fiançailles ne sont qu'une simple promesse de mariage échangée entre deux personnes; chacun des deux a le droit de rompre cet engagement s'il le veut, surtout s'il y a grand intérêt  à le faire.

 

A cet égard, il faut noter que la Charia a incité à alléger les charges du mariage, pour que le bien et la bénédiction règnent dans ce mariage. Dans "Al-Mousnad" de l'imam Ahmed figure le Hadith rapporté d'après Aicha, , que le Prophète,  , a dit : '' C’est une marque de bon augure pour la femme que son affaire (les préparatifs de son mariage) soit facilitée, que sa dot soit peu élevée et que son utérus soit fertile. "  (Rapporté par Al-Bayhaqi)

 

Ajoutons que Ourwa Ibn Az-Zoubeir a interprété la dernière expression en disant que son utérus soit fécond.

Puis Ourwa a ajouté : « A mon avis, le premier indice de sa mauvais augure est que sa dot soit élevée. »

 

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation

Recherche Fatwas

Vous pouvez rechercher une fatwa à travers de nombreux choix

Le plus lu aujourd’hui