J’ai peur de la Fitna mais mon mari ne veut pas me répudier
Fatwa No: 60146

Question

Je me suis marié, il y a peu près quatre mois, avec un musulman que j’ai rencontré un vendredi, pour faire l’acte de mariage le lundi, lui trouvant toutes les qualités, J’ai dit oui en me disant que les sentiments viendraient après le mariage, suite aussi au conseils des gens j'ai précipité ce mariage pour éviter que le diable vienne faire la Fitna.Il s’avère que je n’ai toujours aucun sentiment pour mon mari, je ne supporte pas qu'il me touche. Il est vrai que je suis malade de sorcellerie et celui qui me soigne est convaincu que c’est la maladie qui fait cet effet. Mais moi je n’ai jamais eu de sentiment pour mon mari et je me rends compte qu’il n’est pas du tout mon profil d'homme : il ne dégage rien, je ne lui trouve aucun charme, il ne me fait pas rire... en gros je ne suis pas du tout attiré par lui.Sans pour autant nier toutes les bonnes qualités qu’il a d'un bon pratiquant, je ne manque de rien et il s’occupe bien de moi.Mais wallahi c’est impossible : je ne ressens aucun plaisir à le regarder. Le fait de voir des frères dehors avec un physique qui puisse me correspondre me fait mal et me met des mauvais « was was » dans la tête ! J’ai peur de tomber dans la Fitna mais mon mari ne veut pas me répudier, il reste convaincu que c’est la maladie. En fait, il espère que je pourrais l’aimer car il m’aime beaucoup. Mais moi plus les jours passent et plus je le déteste, car il me force à rester avec lui et à être malheureuse. Il me dit que cette raison n’est pas valable, selon l’Islam, pour demander le divorce. Mais je souffre, je ne l’aime pas, je ne l’aime pas, il me répugne même, me repousse complètement... que dois-je faire ??? Sil vous plait répondez-moi.

Réponse

Louange à Allah. Paix et salut sur Son Prophète.

Chère sœur

 

Nul doute que l’amour entre les époux est d’une valeur incontestable pour la vie conjugale. Mais cet amour n’est pas tout dans cette vie maritale.
Au contraire cette valeur  peut être secondaire si on la compare avec les autres avantages qui se concrétisent par le mariage comme les enfants, le respect mutuel et la bienfaisance de chacun des deux époux à l’autre.
Un homme est venu chez l’émir des croyants Omar Ibn Al Khattab pour divorcer de sa femme avec comme argument qu’il ne l’aime pas. Alors Omar lui a dit : «
Malheur à toi ! Est-ce que les foyers ne se bâtissent que par amour ? Où est l’attention et la bienfaisance à l’épouse ? ! »
Nous vous conseillons de patienter un peu, surtout que vous avez certifié que probablement vous êtes ensorcelée. C’est pour cela que nous vous recommandons de pratiquer la Roukia, de lire beaucoup le Coran et de persévérer dans la récitation des invocations (Adhkare) du matin et du soir. Il se peut qu’Allah vous guérisse et votre vie conjugale se poursuive dans la plus belle harmonie.
Mais à supposer que vous continuiez à le haïr et que vous craigniez de négliger ses droits, alors vous pouvez lui demander de vous divorcer ou d’obtenir le Khoulou’ contre une compensation.
Le Compagnon Ibn Abbas a rapporté que la femme de Thabet Ibn Kays a dit au Prophète : « O ! Messager d’Allah ! Je n’ai rien à médire de Thabet Ibn Kays dans son éthique ou sa religion. Cependant  je déteste l’incroyance après l’Islam. » Alors le Messager d'Allah a dit : « Tu lui rends son jardin ? » (Il le lui a donné comme dot). Elle a dit : « Oui. »  Le Messager d’Allah a dit à Thabet Ibn Kays : « Acceptes le jardin et répudies-la. » (Boukhari)
Nous vous avisons qu’il est déconseillé à la femme de se hâter dans l’acceptation de l’époux avant de prier la prière de l’Istikhara et de demander conseil aux gens pieux qui le connaissent.
Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation

Recherche Fatwas

Vous pouvez rechercher une fatwa à travers de nombreux choix

Le plus lu aujourd’hui