De la médecine préventive dans la sunna prophétique

De la médecine préventive dans la sunna prophétique
1436 67

La médecine préventive dans la sunna prophétique

 

 

 

Dans le cadre de la conduite prophétique, la médecine préventive comprend les hadiths mentionnant plusieurs aspects. Parmi ceux-ci, l'obligation faite au musulman de prendre soin de sa santé physique, de préserver l'environnement dans lequel il évolue, de prévenir la propagation des épidémies et des maladies contagieuses. Cette vigilance du Prophète, , ne vise pas à préserver uniquement la santé du musulman et la société islamique, mais belle et bien à préserver l'ensemble de l'humanité. Les maladies contagieuses ne se propagent pas en touchant les adeptes d'une religion particulière à l'exclusion d'une autre, ni ne choisissent une personne plutôt qu'une autre. Elles ont des répercussions sur la vie de tous les gens dans toutes les sociétés sans distinction. Allah dit au sujet de Son Prophète, : " Et Nous ne t'avons envoyé que comme miséricorde pour les mondes." (Coran 21/107).


Selon la méthodologie prophétique, la médecine préventive repose sur le fait de prévenir les maladies avant leur apparition et les traiter après. La purification, la propreté, la préservation de l'environnement, une alimentation saine, tout cela relève de la médecine préventive avant l'apparition des maladies. Après leur apparition, ce sera en se soignant de façon générale mais aussi de façon plus spécifique par un isolement sanitaire, communément appelé une mise en quarantaine, concernant les maladies contagieuses.


La prévention avant l'apparition de maladies:

La purification, l'hygiène corporelle et buccale, et le respect de l'hygiène naturelle, ou des traditions prophétiques de la disposition originelle appelées en arabe Sunan Al-Fitra:
Le Prophète, , fut suscité à La Mecque, bien loin de la vie citadine et de la civilisation. Malgré cela, il a orienté les gens à prendre en compte l'importance de la propreté et de se laver. Les domaines de la médecine préventive qui ressortent le plus clairement de la sunna sont ceux de la purification et de l'hygiène corporelle dans son ensemble. Et plus spécifiquement, l'hygiène liée aux parties du corps le plus souvent sujet à la transpiration et aux microbes. Le Prophète, , en a même fait une tradition prophétique: "Cinq choses font partie de la fitra, de la tradition des Prophètes : la circoncision, se raser le pubis, se couper les ongles, l'épilation des aisselles, et se tailler la moustache." (Boukhari).
Le Prophète, , a également incité les gens à prendre soin de leur hygiène buccale avec assiduité en ces termes: " Si je ne craignais de surcharger ma nation (ou les gens), je leur ordonnerais d'utiliser le siwâk [bâton tiré d'un arbre et servant à se frotter les dents] pour chaque prière." (Ahmad).
Ibn Abbâs a dit: ' On nous ordonnait tellement d'utiliser le siwâk que je finis par penser que des versets du Coran allaient être révélés à son sujet.'
Selon Abu Malik al-Ash'arî, qu'Allah soit satisfait de lui, le Prophète, , a dit: " La purification représente la moitié de la foi. " (Muslim).
Ibn al-Jawzî commente ce hadith en disant: ' On entend par cette expression l'action de se purifier.' Ibn al-'Uthaymin a dit: ' Cela inclut les deux catégories de purification, physique et spirituelle.'
Selon Abu Horayra, qu'Allah soit satisfait de lui, le Prophète, , a dit: " Imaginez que devant la porte de l'un d'entre vous coule une rivière dans laquelle il se lave cinq fois par jour, pensez-vous qu'il restera de la saleté sur lui? Ils répondirent: Il n'en restera absolument rien. Il dit alors: Ceci est à l'image des cinq prières quotidiennes par lesquelles Allah efface les péchés." (Boukhari).
D'ailleurs, le bain rituel (ghusl) est soit obligatoire, soit recommandé. Il est obligatoire pour se purifier d'un état d'impureté rituel majeur comme pour les menstrues ou autre. Recommandé lors des deux fêtes de l'Aïd, pour entrer en état de sacralisation lors du pèlerinage et autre. Le Prophète, , a d'ailleurs précisé le délai le plus long entre deux bains rituels: " Il est du devoir de tous musulman de se laver le corps et la tête au moins une fois tous les sept jours." (Boukhari).


L'alimentation:

La médecine prophétique et préventive concernant l'alimentation se manifeste à travers plusieurs aspects. Citons les suivants:
L'interdiction de consommer plusieurs animaux et de boire de leur lait, à l'image des animaux canins et féroces. La méthode de sacrifice des bêtes qu'il est permis de manger et notamment en prononçant le nom d'Allah en les égorgeant. Garantir la propreté des aliments et des boissons en les couvrant. Certains comportements bienséants comme l'interdiction de manger en s'accoudant ou en buvant à la bouteille. L'incitation à consommer certains aliments comme les dattes et l'huile d'olive. Ne pas remplir son estomac de nourriture et de boisson. Selon Abou Karîma Al-Miqdâm ibn Ma'dîkarib, qu'Allah soit satisfait de lui, le Prophète, , a dit: "L'homme ne remplit pas de pire récipient que son ventre. Il lui suffit pourtant de manger quelques bouchées pour vivre. S'il doit vraiment manger plus, alors qu'il réserve un tiers de son ventre à sa nourriture, un tiers à sa boisson et un tiers à sa respiration." (Tirmidhi et jugé authentique par Al-Albânî).
Ibn Rajab a dit: ' Ce hadith est un principe de base qui résume les fondements de toute la médecine. On rapporte de Ibn Maswi le médecin qu'à la lecture de ce hadith dans le livre de Abou Khaythama il dit: ' Si les gens mettaient en pratique ces quelques mots ils seraient épargnés de bien des maladies et les pharmacies seraient inutiles.'


La propreté de l'environnement fait partie de la médecine préventive enseignée par le Prophète, :
La propreté de l'environnement est un des moyens contribuant à la préservation de la santé. C'est une méthodologie de prévention qui s'inscrit dans le cadre de la médecine prophétique. Le Prophète, , n'a pas seulement accordé de l'attention à l'hygiène corporelle et à celle des vêtements. Il s'est aussi attaché à enjoindre ses adeptes de préserver la propreté de l'environnement qui les entourait. Et ce, afin qu'ils vivent dans un environnement sain, exempt de maladies et d'infections. Partant, tout acte qui contribue à polluer l'environnement, qu'il s'agisse de l'eau, de l'air ou de la route, est contraire à la conduite prophétique.
Selon Abu Horayra, qu'Allah soit satisfait de lui, le Prophète, , a dit: " Que l'un d'entre vous n'urine surtout pas dans de l'eau stagnante qui ne s'écoule pas pour ensuite s'y laver." (Boukhari).
Selon Abou Dharr qu'Allah soit satisfait de lui, le Prophète, , a dit: " On m'a présenté les bonnes et les mauvaises actions de ma communauté. J'ai trouvé, parmi ses bonnes actions, le fait de retirer de la voie publique ce qui pourrait nuire aux passants, et parmi ses mauvaises actions, de ne pas enterrer son crachat sous [la terre de] la mosquée." (Boukhari).
Pour ce qui est de la pollution de l'air - et de l'environnement de façon générale - cela n'est pas permis et même interdit. Cela entre sous le jugement du hadith: "On ne doit causer du tort ni à soi-même, ni à autrui." (al Bayhaqi et autre).


Les soins médicaux après l'apparition de maladies:
Si le Prophète, , a dispensé des enseignements et donné des directives concernant la prévention des maladies avant leur apparition, la méthodologie prophétique en dispose également une fois que celles-ci sont apparues. En effet, il nous est intimé l'ordre de s'administrer des soins médicaux quand on est malade de façon globale, mais aussi, dans des cas particuliers, de procéder à un isolement sanitaire, ce qui correspond à mettre en quarantaine les personnes atteintes de certaines maladies contagieuses.
Selon Usama ibn Sharik, qu'Allah soit satisfait de lui: "J'étais chez le Prophète, , quand un groupe de bédouin se présenta et lui demandèrent: Ô Prophète, devons-nous nous soigner? Il répondit: Oui serviteurs d'Allah. Soignez-vous (quand vous êtes malades) car Allah n'a pas créé de maladie sans créer également le remède qui lui convient sauf pour l'une d'entre elles. Laquelle? La vieillesse." (Abû Dâwâd et jugé authentique par Al-Albânî).


L'isolement sanitaire:
Le cas de médecine préventive le plus clair dans le cadre de la santé publique et ce qui est connu sous le nom d'isolement sanitaire, et ce en cas d'épidémie. De nos jours, c'est le moyen le plus important pour limiter la propagation des maladies infectieuses. En vertu de ce principe, on doit empêcher toute personne d'entrer dans les lieux où s'est propagé un type d'épidémie ou de se mêler aux gens qui s'y trouvent. Pareillement, on doit empêcher les personnes qui s'y trouvent d'en sortir.
Le Prophète, , a clairement expliqué les principes de l'isolement sanitaire à travers plusieurs hadiths. Il a interdit d'entrer ou de sortir des régions touchées par la peste. Il a même assimilé quiconque enfreindrait cet ordre au grand péché qui consiste à prendre la fuite devant l'ennemi sur un champ de bataille. Il a dit que celui qui patientait dans ce cas bénéficiait de la récompense d'un martyr. 
 Selon Abu Horayra, qu'Allah soit satisfait de lui, le Prophète, , a dit: " Celui qui possède des chameaux malades ne doit pas les abreuver avec celui qui possède des chameaux en bonne santé." (Boukhari).
Et aussi: " Fuis le lépreux comme tu fuirais un lion." (Boukhari).
Et selon Usama ibn Zayd, qu'Allah soit satisfait de lui, le Prophète, , a dit: " Si vous apprenez qu'une épidémie ravage une région, ne vous y rendez pas et si vous vous trouvez dans une région frappée par une épidémie, ne la quittez pas." (Boukhari).
Selon Jabir ibn Abdillah, qu'Allah soit satisfait de lui, le Prophète, , a dit: " Celui qui fuit une contrée touchée par la peste commet un péché aussi grave que celui qui fuit l'ennemi sur le champ de bataille. Et celui qui patiente dans une contrée touchée par la peste aura une récompense identique à celui qui patiente sur un champ de bataille." (Ahmad).
Aïcha, , rapporte avoir interrogé le Prophète, , sur la peste. Il répondit: "Il s'agit d'un châtiment envoyé par Allah à ceux qu'Il choisit de punir. Par ailleurs, il en a fait une miséricorde pour les croyants. En effet, quiconque demeure patiemment dans une région touchée par une épidémie avec l'espoir d'en être récompensé par Allah et en étant persuadé que rien ne pourra l'atteindre qui n'ait déjà été décrété par Allah, obtiendra une récompense identique à celle du martyr." (Boukhari).


Enseignement complémentaire:
Le musulman sait bien qu'il n'y a pas de contradiction entre le fait de mettre en œuvre les moyens légaux pour réaliser une tâche d'une part, et, d'autre part, et placer sa confiance en Allah. Il ne délaisse pas les moyens à mettre en œuvre pour se retrouver dans une situation de négligence et placer faussement sa confiance en Allah. De la même façon, il n'a pas pour conviction que ce sont les moyens qu'il met en œuvre qui, par eux-mêmes, lui permettent d'obtenir le résultat escompté, se rendant coupable de polythéisme. On peut déduire des hadiths précédemment cités ainsi que d'autres que les épidémies sont une réalité, qu'il est indiqué de pratiquer l'isolement sanitaire et qu'il convient de prendre les mesures de précaution contre les maladies. Par ailleurs, il est bien connu que les termes d'un hadith semblent infirmer l'existence de la contagion: " Ne croyez ni à la contagion, ni au mauvais augure." (Boukhari). Les savants ont élucidé cette apparente contradiction et ont concilié entre les sens de ces textes de la façon suivante:
L'imam Nawawi a dit, après avoir mentionné l'obligation de concilier les hadiths apparemment contradictoires: ' Les textes qui sont en apparence contradictoires sont de deux catégories: l'une d'elles présente la possibilité de concilier les sens qu'ils revêtent. Il est donc impératif de le faire et obligatoire d'agir en fonction de ces deux hadiths. Tant qu'il est possible de comprendre les textes du Législateur de façon à ce que l'intérêt qui en résulte est le plus général, il faut nécessairement procéder ainsi. Et il ne faut pas considérer que l'un des deux textes est abrogé alors qu'on peut concilier leurs sens. En déclarer un des deux comme abrogé revient à l'exclure du champ des textes que l'on peut mettre en pratique ... Voici un exemple où il est possible de concilier les sens de deux hadiths apparemment contradictoires: ' Il n'y a pas de contagion" et " Celui qui possède des chameaux malades ne doit pas les abreuver avec celui qui possède des chameaux en bonne santé." Il faut comprendre de ces textes que les maladies ne sont pas contagieuses en soi mais qu’Allah a fait que se mêler aux malades et pénétrer les lieux où elles y sont propagées est une cause de contagion. Dans le premier hadith, il infirme une croyance en vigueur dans la Jâhiliyya indiquant que la contagion est une cause d’affection totalement indépendante, ne résultant pas de la Création d’Allah et échappant à Sa volonté et Son contrôle. Et dans le deuxième, il oriente les gens à s'éloigner de tout mal qui peut généralement résulter du contact ou de la proximité avec le malade selon la Volonté d'Allah.'
Cheikh Al-Albânî a dit: ' Sache qu'il n'y a pas de contradiction entre ces deux hadiths puisque l'objectif est d'affirmer la réelle existence de la contagion et que la maladie se propage d'un malade à un homme sain par la permission d'Allah uniquement."


La santé est un des grands bienfaits d'Allah aux gens. Selon ibn Abbâs, qu'Allah soit satisfait de lui, le Prophète, , a dit: “ Deux bienfaits ne sont pas appréciés à leur juste valeur: la santé et le temps libre." (Boukhari). Les recueils de hadiths en mentionnent un certain nombre relatifs aux maladies et aux soins médicaux, des savants ont écrit des ouvrages spécifiques sur ce thème. Soyons vigilants envers notre santé physique et spirituelle en adoptant la conduite du Prophète, , dans notre vie. Sa conduite est la meilleure de toutes.
 

Articles en relation