Construire une société caractérisée par la solidarité - I

Construire une société caractérisée par la solidarité - I
151 27

 

Construire une société caractérisée par la solidarité - I

D’un point de vue social, les enseignements de l’islam visent à rassembler tous les musulmans pour former une entité unifiée, conformément aux paroles du Prophète () :

« La parabole des croyants, en ce qui concerne leur amour et leur compassion réciproques, est à l’image d’un corps. Si l’une de ses parties souffre, toutes les autres s’associent à elle [dans sa souffrance] par l’insomnie et la fièvre. » (Muslim)

Les musulmans forts soutiennent les faibles, et les riches aident les pauvres. Dans la communauté musulmane, la solidarité sociale se manifeste afin que ses objectifs et ses implications se réalisent. Il existe de nombreux textes et dispositions de la Charî'ah (législation islamique) décrivant la communauté musulmane et de quelle manière elle doit incarner l’esprit de solidarité.

Les objectifs de cette solidarité sont multiples. Ils intègrent tous les besoins de l’individu et de la communauté, qu’ils soient matériels ou moraux. La solidarité sociale signifie que les musulmans doivent œuvrer tous ensemble, chacun en fonction de sa position et de son statut, afin de préserver les intérêts collectifs et individuels de ses membres. Si cela est mis en pratique, chacun aura le sentiment que ses droits sont respectés. Chacun sera, par conséquent, davantage désireux de remplir ses devoirs et obligations envers les autres membres de sa communauté. La portée de cette solidarité s’élargira alors pour englober l’humanité tout entière (et pas seulement les musulmans).

Allah, le Très-Haut, dit (selon la traduction du sens du verset) :

« Ô hommes ! Nous vous avons créés d’un mâle et d’une femelle, et Nous avons fait de vous des nations et des tribus, pour que vous vous entre-connaissiez. Le plus noble d’entre vous, auprès d’Allah, est le plus pieux. Allah est certes Omniscient et Grand Connaisseur. » (Coran 49/13)

Allah, exalté soit-Il, a honoré l’être humain et nous a ordonné de traiter l’ensemble des descendants d’Adam, , en conséquence (avec respect).

Allah, le Très-Haut, dit (selon la traduction du sens du verset) : « Nous avons honoré les descendants d’Adam [] » (Coran 17/70)

Dès le premier jour, les enseignements de l’islam ont mis l’accent sur l’entretien des rapports humains, le renforcement des liens sociaux et l’établissement de l’égalité entre tous, afin que chaque musulman ressente le lien de fraternité qui l’unit à ses coreligionnaires musulmans. L’islam a également établi un filet de sécurité sociale sur la base de la solidarité, pour renforcer l’édification morale et physique de l’individu et de la communauté. Il a jeté les bases de la personnalité du musulman pieux, de la famille vertueuse et de la société intégrée, afin d’assurer l’établissement de la communauté musulmane qui assurera la sécurité et la protection de l’ensemble de ses membres.

Le cercle de cette solidarité commence avec chaque individu musulman qui travaille à parfaire son propre « moi », en en prenant soin, en le rectifiant et en l’orientant vers ce qui est bon pour lui et pour tous les gens. Puis, le cercle s’agrandit pour inclure les liens qui le rattachent aux membres de sa famille. Chaque membre de la famille porte ses responsabilités particulières et assume ses devoirs, en agissant selon les paroles du Prophète () :

« Vous êtes tous des bergers et vous êtes tous responsables de votre troupeau. » (Boukhari)

Un homme est un gardien dans sa famille. Il a des droits et des devoirs. Il en va de même pour la femme qui a ses propres droits et devoirs (dans la famille). Cette tâche critique commence dès le moment où l’homme choisit sa future épouse. Il devrait choisir une femme issue d’une bonne famille, afin qu’elle constitue une composante structurelle favorable pour leur famille et qu’elle soit capable de fournir à leurs enfants une bonne éducation qui plait à Allah, le Très-Haut.

C’est pourquoi le Prophète () a dit :

« « On épouse une femme pour quatre raisons : sa fortune, sa noblesse, sa beauté ou sa religiosité. Choisis celle qui a la religion.  Périsse ta fortune si tu l’épouse pour une autre raison!  (Boukhari)

La vie conjugale doit être fondée sur la bienveillance mutuelle, comme Allah, le Très-Haut, l’a prescrit, et en agissant selon les instructions du Prophète, , quand il a dit :

« Les meilleurs d’entre vous sont ceux qui sont les meilleurs envers leurs épouses et je suis le meilleur d’entre vous avec les miennes. » (Al-Tirmithi)

Quant à l’éducation et aux soins apportés aux enfants, il s’agit d’un devoir qui est partagé par les deux parents.

Allah, le Très-Haut, a dit (selon la traduction du sens du verset) :

« Ô vous qui avez cru ! Préservez vos personnes et vos familles d’un Feu dont le combustible sera les gens et les pierres [] » (Coran 66/6)

Cela implique de les diriger dès leur plus jeune âge vers ce qui leur est profitable, dans cette vie et dans l’au-delà, à commencer par les actes d’adoration et l’ensemble des bonnes actions.

Le Prophète () a dit :

« Ordonnez à vos enfants d’accomplir la prière à l’âge de sept ans [] » (Ahmed)

Lorsque ces enseignements sont inculqués à l’individu dès son jeune âge, il fait fructueusement ses premiers pas dans la bonne direction et il reconnait sa position et son statut dans sa communauté. L’islam tient à favoriser la solidarité entre l’individu musulman et sa communauté. Il préserve harmonieusement à la fois les intérêts privés et publics pour s’assurer qu’aucun intérêt ne porte atteinte à un autre. Un individu interagit et coopère avec les autres membres de sa communauté pour maintenir cet équilibre harmonieux.

Allah, le Très-Haut, dit (selon la traduction du sens du verset) :

« [] Entraidez-vous dans l’accomplissement des bonnes œuvres et de la piété et ne vous entraidez pas dans le péché et la transgression [] » (Coran 5/2)

D’autre part, la communauté est responsable de la préservation des droits privés des individus, ce qui contribue au maintien de l’ordre public pour le bien de la communauté et de tous ses membres.

La portée d’une telle solidarité ne se limite pas aux intérêts de l’individu, de la communauté ou même du pays, mais s’étend plutôt aux autres communautés et aux générations futures, comme le confirment les paroles suivantes d’Allah (selon la traduction du sens du verset) :

« [Une part appartient] à ceux qui viendront après eux en disant : ‘Seigneur, pardonne-nous, ainsi qu’à nos frères qui nous ont précédés dans la foi et ne mets dans nos cœurs aucune rancœur pour ceux qui ont cru. Seigneur, Tu es Compatissant et Très Miséricordieux.’ » (Coran 59/10)

C’est ainsi que se réalise l’humanité de l’être humain qu’Allah, le Très-Haut, a destiné pour nous les musulmans. De même, c’est ainsi que se réalise la solidarité commune dans ses aspects temporels et spatiaux.

Articles en relation