Les livres de hadiths authentiques
Fatwa No: 137786

Question

Pouvez-vous m'indiquer les titres des livres de hadiths jugés Sahîhs par le cheikh Albani en plus des six livres, d'Al-Targhîb d'al-Mundhir, d'Al-Adab Al-Mufrad de Boukhari et d'Al-Michkât ? Le livre Al-Silsila Al-Sahîha d'Albani comprend-il tous les hadiths Sahîhs de tous les recueils de hadiths qui existent à notre époque ? Existe-t-il un savant du hadith ayant rassemblé tous les hadiths authentiques et hasans dans un seul et même livre ? Quel savant du hadith a rédigé un livre tel Al-Silsila Al-Sahîha d'Albani ? Pensez-vous que les critères fixés par le cheikh Albani pour déclarer un hadith Sahîh ou hassan sont corrects et en accord avec ceux des savants spécialisés dans al-jarh wa at-ta’dîl (critique et agrément des transmetteurs de hadiths) comme al-Dhahabî, ibn Hadjar al-'Asqalânî, al-Mazî et autres ? Pourquoi Albani a-t-il qualifié de Sahîh ou de hasan certaines chaînes de transmission comprenant des transmetteurs jugés Mudallis (dissimulateur) ? Par exemple, sa chaîne de transmission du hadith d'Abdullah ibn Mas'ûd indiquant qu'il ne faut pas lever les mains avant et après l'inclinaison (dans la prière) comprend Sufiyân alors que cette personne est Mudallis. Cependant, malgré cela, le cheikh Albani déclara sa chaîne de transmission hasan.

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur Son

Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses

Compagnons :


Il s'agit là d'une question vaste et complexe, et une fatwa n'est

nullement appropriée pour en parler. Cependant, nous pouvons dire

ce qui suit de manière générale :


Le cheikh Muhammad Nâsir al-Dîn al-Albânî est considéré comme

un des oulémas contemporains sans égal en particulier concernant ce

qui est lié à la science du hadith. Il a fait dans ce domaine des efforts

louables. Il suivait les règles de critique et d’agrément des

transmetteurs, établies par les savants de la communauté et il n'a

aucunement innové dans le domaine. Cependant, là où certains

savants divergèrent à propos de certaines de ces règles et sur

l'application de celles-ci, le cheikh Albani, qu'Allah lui fasse miséricorde,  fit des efforts d’interprétation personnelle pouvant l’amener à se distinguer des autres. Il ne fait aucun doute que le cheikh Albani rédigea une énorme encyclopédie comprenant de nombreux hadiths Sahihs appelée Silsila Al-Ahâdîth Al-Sahîha. Nous n'avons d'ailleurs pas connaissance d'un autre savant contemporain de cette communauté ayant produit un travail semblable. Quant à savoir si le cheikh Albani y rassembla tous les hadiths Sahihs, la réponse est non. Concernant le hadith d'ibn Mas'ûd à propos du fait de lever les mains durant la prière, le cheikh Albani ne se contenta pas de le déclarer hasan, mais il le déclara Sahih. Il dit dans son livre intitulé Sahîh Sunan Abî Dâwûd : « Je dis : "Cette chaîne de transmission est Sahih d'après les conditions de Mouslim. D'après ce que j'ai vu, son auteur le jugea imparfait tout comme d'autres ! Rien dans leurs paroles n'indique toutefois que ce hadith est da'îf. La vérité est donc qu'il est Sahîh comme l'a dit ibn Hazm dans son livre intitulé Al-Muhallâ. De plus, al-Tirmidhî le déclara hasan. » Enfin, les Mudallis ne sont pas tous au même niveau. Il en existe plusieurs niveaux, comme mentionné par al-Hâfizh ibn Hadjar, qu'Allah lui fasse miséricorde, dans son livret intitulé Tabaqât Al-Mudallisîn. Il y décrivit le Mudallis de second niveau en disant : « Les imams ont toléré son caractère Mudallis et ont rapporté des hadiths de lui dans les hadiths authentiques, pour sa qualité d’imam et la faiblesse de son caractère Mudallis, comme al-Thawrî ou parce qu'il ne dissimule les noms que des transmetteurs fiables, comme ibn 'Uyayna. » Le fait qu'un rapporteur soit jugé Mudallis ne signifie pas forcément que le hadith soit Da'îf. Par ailleurs Sufiyân al-Thawrî n'est pas le seul à avoir rapporté ce hadith d'après '

Fatwas en relation

Recherche Fatwas

Vous pouvez rechercher une fatwa à travers de nombreux choix

Le plus lu aujourd’hui